L'escrime a une histoire très longue et très riche. Depuis que l'Homme a tenu une branche d'arbre pour frapper son voisin, finalement, il faisait de l'escrime. Rudimentaire certes, mais l'évolution de son arme, de ses matériaux, lui a donné de nouvelles possibilités, et du même coup de nouvelles techniques. De l'époque égyptienne, sumérienne, grecque, romaine, en passant par le Moyen-âge, la Renaissance, le Grand Siècle et celui des Lumières, l'escrime s'est affiné en tant qu'art martial, celui de tuer son prochain de la manière la plus efficace possible.

Avec la création en 1852 de l’École de Gymnastique et d'Escrime de Joinville, en 1882 de la Société d'Encouragement de l'Escrime, devenue en 1906 la Fédération Française d'Escrime, l'escrime s'affirme de plus en plus en tant que sport ouvert vers un public toujours plus large. Le premier règlement international est édité en 1914, par la toute nouvelle Fédération Internationale d'Escrime (1913), apportant une dimension internationale commune entre tous les pays pratiquants. Au programme des premiers Jeux Olympiques d'Athènes en 1896, l'escrime a beaucoup évolué an tant que sport depuis cette époque. L'adoption de la convention (1914), les compétitions féminines (1924), l'électrification progressive des armes (1933), l'ouverture hors du monde occidental (1950), la professionnalisation du sport (années 60)... L'escrime sportive d'aujourd'hui ne ressemble plus à celle pratiquée il y a 100 ans !

 

Et aujourd'hui ?

Aujourd'hui, la Fédération Française d'Escrime gère l'escrime au sens large, mais surtout celle dite "olympique" qui nous intéresse ici. Nous avons toujours les 3 armes originelles : le fleuret, l'épée et le sabre. Le fleuret et le sabre sont des armes "conventionnelles" depuis 1914, tandis que l'épée a gardé son statut d'arme "de duel". L'épée et le fleuret sont des armes dites d'estoc (qui marquent à la pointe), tandis que le sabre est une arme dite de taille, pouvant marquer avec toute la lame.

En France, la vie fédérale s'organise comme suit : Club -> Département -> Région -> Zone -> Nation -> Monde. Les tireurs (escrimeurs) s'orientant vers la compétition participent à différents Circuits, pouvant être Régionaux, de Zone, Nationaux ou Mondiaux, ainsi que participer aux Championnats Départementaux, Régionaux, de France (sur sélection) et du Monde (sur sélection) attribuant le titre de Champion (départemental, régional, de France, du Monde). Il existe aussi nombre de compétitions ouvertes à tous (Open, Challenge, etc) à différents niveaux.

Les étapes dans l’apprentissage de l’escrime sont symbolisées par le passage des Blasons, qui sont délivrés dans les clubs par le Maître d'Armes.

Le blason est avant tout un outil et un support pédagogique qui permet à l’enfant :

  • de prendre des points de repères dans sa progression
  • de concrétiser matériellement sa progression par le port du Blason
  • d’avoir des réussites en dehors des compétitions
  • de voir récompenser le rythme de ses acquisitions (motrices, cognitives et comportementales)
  • de mettre en place un projet

Le port du blason récompense :

  • la connaissance des règles fondamentales de l’escrime
  • la compréhension du jeu
  • les acquis techniques
  • la connaissance des valeurs de l’activité (maîtrise de soi, fair-play, respect, partage, confiance, etc.)

Le blason permet aux parents :

  • de comprendre la progression de leur enfant
  • de participer au projet de leur enfant
  • d’évaluer les progrès de leur enfant et sa place dans une structure organisée

 

Le Blason Jaune

Moi et mon arme, moi et l’adversaire

J’apprends l’escrime dans mon club

Je découvre les valeurs de l’escrime

J’étudie les techniques simples d’attaque et de défense  

Le Blason Jaune est passé après mon premier trimestre d’escrime.

Le Blason Rouge

J’utilise une technique simple pour toucher mon adversaire

Je me perfectionne dans mon club

Je connais les règles de l’assaut

Je sais me préparer pour attaquer  

Le Blason Rouge est passé à la fin de ma première année d’escrime.

Le Blason Bleu

Pour toucher, je tends un piège à mon adversaire

Je me prépare à la compétition avec mon club

Je suis capable de diriger un assaut et de prendre les décisions

J’utilise des techniques élaborées pour toucher et me défendre  

Le Blason Bleu est passé au cours de ma deuxième année d’escrime.

(Il est obligatoire pour participer aux compétitions de ligue)

Le Blason Vert

Je suis escrimeur donc je sais arbitrer

Je fais respecter la sécurité quand j’arbitre

J’arbitre un match seul ou avec l’aide d’un jury

Je connais le règlement et je l’applique lors des combats  

Le Blason Vert est passé après l’acquisition de mon Blason Bleu.

 

Qui sont les enseignants ?

Depuis la création de l'Académie des Maîstres en faits d'armes en 1567 par le roi Charles IX, ce sont les Maîtres d'Armes qui enseignent l'escrime. Longtemps réservé à une élite, ce titre fut ensuite dévolus aux enseignants militaires, jusqu'à la professionnalisation civile dans les années 1950-60. Aujourd'hui titulaires d'un Brevet d'Etat ou un Diplôme d'Etat, ce sont des éducateurs sportifs professionnels, spécialisés en escrime. Il existe aussi des enseignants bénévoles, détenteurs de titres certifiés par la Fédération pour assister les Maîtres.

 

Et à Saint-Jean-de-la-Ruelle ?

Au CES, on pratique les 3 armes. Dans un premier temps, le fleuret, arme d'apprentissage par excellence, est enseigné aux plus jeunes. Le sabre est présenté au cours des années suivantes, et ils choisissent l'une ou l'autre des armes en fonction de leur affinités. Enfin, l'épée est l'arme de loisir, surtout vue pour les plus âgés.

 

L'enseignement est dispensé par :


Gildas Grenier

Maître d'armes, Diplômé d'État

Ancien Maître d'Armes du Pôle Espoir de Sabre du Lycée Charles Péguy d'Orléans, Gildas donne des cours au CES depuis 2017, d'abord sous forme de leçons, puis les adultes en 2018 et finalement tous les cours du mardi en 2019.


Robin Coquille

Prévôt d'Armes, Breveté Professionnel

Enseignant du club de Saint Denis de l'Hôtel, Robin s'est joint à l'équipe en 2019, d'abord avec des prestations de remplacement, puis a complètement repris les cours du jeudi et du samedi.


Nicolas Di Mattia

Moniteur Fédéral d'Escrime au Sabre et au Fleuret, Professionnel certifié

Président du club jusqu'en 2018, Nicolas enseigne au CES depuis maintenant 5 ans, accompagnant les tireurs sur les compétitions, coordonnant les enseignants et les cours entre les enseignants.